NOS AXES DE TRAVAIL

Ces derniers sont construits et pensés selon les exigences cantonales en matière de politique jeunesse et de nos observations liées à l’évolution de notre terrain. Ils se déclinent comme suit.

 

 

L’ACCUEIL LIBRE

 

L’accueil libre comme pratique de l’animation jeunesse consiste à favoriser l’accès à l’espace de rencontres au plus grand nombre et de garantir la libre adhésion des visiteur.euse.s. Afin d’y répondre nous garantissons la gratuité de cette prestation et ne demandons pas d’inscription préalable si ce n’est d’accepter les règles de vie ou d’en discuter. Cet aspect de notre travail favorise l’autonomie et agit sur l’estime de soi pour les participant.e.s puisque nous constatons des prises de position au sein du groupe en présence.

L’accueil libre comme l’un de nos premiers outils permet aux jeunes de socialiser, de s’intégrer à un groupe d’appartenance, de créer des liens en favorisant la confiance et en bénéficiant d’un cadre bienveillant. Il est le terreau idéal à la démocratie et à la participation active.

 

 

LES ACTIVITES

 

Les activités proposées dans notre programme découlent le plus souvent des demandes et des intérêts des jeunes eux-mêmes. A prix préférentiel, elles permettent la découverte de loisirs, d’événements culturels ou d’activités sportives en restant accessible au plus grand nombre. Pour les professionnelles, elles sont un moyen idéal afin de favoriser la rencontre. Effectivement les sorties offrent des cadres différents dans lesquels la relation de confiance se consolide aussi bien entre les adultes et les jeunes qu’au sein du groupe de pair.e.s. Ce qui nous permet de mieux saisir la réalité de notre public et d’en tenir compte dans notre offre.

 

 

LES PROJETS

 

Lorsque nous parlons de « projets », au CAJ, nous entendons projets participatifs. Cet axe permet aux jeunes ou personnes intéressés de rejoindre, de participer ou d’initier un processus dès les premiers échanges. La temporalité de ces derniers est donc beaucoup plus conséquente que les événements alibis clé en main. Cela demande aux participant.e.s de s’y investir sur la durée. Outil phare de l’animation socioculturelle, il permet entre autre d’être l’acteur.ice de ses propres décisions, encourageant par là la citoyenneté active. Plusieurs exemples au CAJ peuvent être mis en avant selon cette méthode : la cabane à livre, projet citoyen soutenu par la commune et les trains fantômes durant le Halloween initiés par les jeunes.

De nombreuses compétences en découlent tant organisationnelles que personnelles grâce à l’appartenance au groupe. Plus concrètement, comment se positionne-t-on dans le groupe, comment trouver un consensus qui permette d’avancer dans la réalisation du projet, comment communique-t-on, etc.

 

 

 

L’EVENEMENTIEL

 

Les événements nous permettent de rencontrer un large public comme par exemple les familles lors du Ciné Plein Air. Cette offre tend à faciliter les rencontres et sert, selon nous, de point de départ à la participation de la « cohésion sociale » ou de la qualité de vie au sein d’une région. Ces moments conviviaux nous aident également à faire connaître le CAJ en rendant visible notre service et un bout du travail effectué. D’ailleurs dans la plupart des événements, les jeunes s’impliquent lors de la réalisation et soutiennent les animatrices par les coups de main apportés. Ce qu’il faut retenir de cet axe reste « la rencontre », car il s’agit bien de créer et d’encourager des espaces de rencontres. 

 

LES RESEAUX

 

L’équipe du CAJ participe à plusieurs réseaux professionnels. Ils sont nécessaires à une meilleure compréhension de nos terrains. Ils permettent d’échanger sur nos observations, nos pratiques, d’être à jour quant à ce qui se fait ou ce qui existe en matière de jeunesse. Ils peuvent être pluridisciplinaires offrant ainsi une compréhension globale sur un thème donné ou régional comme PROPAJ permettant alors des regards croisés sur nos contextes particuliers.

Les informations acquises nous permettent de réorienter les jeunes vers d’autres professionnel.le.s ou vers des structures plus adaptées à leurs demandes. Il s’agit également de reconnaître les limites de notre  action en inscrivant nos pratiques dans la recherche de solutions.

 

«  »

 

 

LE HORS MUR

 

D’abord initié par le projet ANIMOBILE, il se décline actuellement sous « le CAJ dans ton village ». Le centre d’animation jeunesse se trouvant dans la commune siège à Péry-La Heutte n’est pas des plus accessible pour les jeunes du Bas-Vallon. C’est pourquoi, forte des observations et propositions apportées par le politique ces précédentes années, l’équipe a mis sur pied ce projet. Ce dernier est décliné en deux pôles : le CAJ dans ton village et un service de transport. Vous l’aurez compris, le premier consiste a se rendre das les villages partenaires et de marquer une présence sur le territoire jeunesse. Cela permet aux animatrices de les rencontrer là où ils.elles sont. Elles proposent des jeux, des goûters, de l’information, etc. Cela permet également de faire connaître le CAJ et ses offres. Le pôle transport, lui est pensé comme son nom l’indique afin de facilité et d’encourager la mobilité chez les jeunes sans pour autant faire peser le poids des déplacements sur les parents. Ainsi l’offre en termes de sorties se voit complétée.

 

 

LA PROMOTION DE LA SANTE

 

Cet axe est transversal de notre pratique. La création de la permanence durant le confinement porte ses fruits aujourd’hui. Nous constatons des questionnements quant à l’orientation professionnelle et le quotidien à l’apprentissage. Différents thèmes occupent nos jeunes, ils ont l’espace de les partager lors des activités, de l’accueil ou encore en s’attardant un moment après une séance projet. L’équipe prend au sérieux ce qui est amené et cherche à pouvoir le thématiser avec eux.elles, afin d’une part leur permettre de sortir d’un certain isolement, d’autre part leur permettre de s’outiller par exemple en sachant où trouver les informations, apprendre à connaître leurs droits, etc.